Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

Syrie, état de siège

Toujours aux avant-postes de la défense des causes arabes depuis sa création sur les miettes de l’empire ottoman, la Syrie moderne est acculée de toutes parts. Comme quoi, l’habileté politique des caciques du régime ba’athiste a plus servi le pouvoir d’un clan que l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne.
(article publié dans L'Orient-Express, hors-série, automne 2005)


Entrée dans l'Histoire en tant que province de l'Empire romain,  la Syrie connaît son heure de gloiresous les Omeyyades. Conquise par les troupes musulmanes du calife Omar dès la moitié du VIIe siècle, Damas devient la capitale du califat lorsque Mu’awiyya fait assassiner Ali, le quatrième calife descendant du Prophète. Un siècle plus tard, les Abbassides ont déjà pris le dessus et la Syrie redevient une province. Ce statut ne changera guère jusqu’à la fin de l’empire ottoman, tandis que le maître de la région sera tour à tour perse, égyptien puis turc. Damas et Alep sont…

Derniers articles

Le droit d’être libanais, ni chrétien, ni musulman

Une vie de chiens

Henri Cartier-Bresson : le regard et la parole du maître

Les impressions immortelles de Sébastien Kohler

L'agence Magnum, 70 ans d'une aventure photographique

Stanley Greene, des vies, une mort

Les premières photographies arabes

Rio, des jeux à toute vapeur

« Where I end and you begin » de Nadim Asfar

Les plaies de Beyrouth, selon Ieva Saudargaite

Irak, années 60, une modernité au bord du précipice

Un peu de Boubat dans ce monde de brute

Aller-simple pour l'ailleurs

Liban, État-poubelle à recycler

Consommer, sans sommation

Cinq regards au féminin