Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

Le droit d’être libanais, ni chrétien, ni musulman

Cet article a été publié deux jours après l'assasinat de Samir Kassir en juin 2005. Il reste, hélas, toujours d'actualité. La nouvelle vacance de l'exécutif libanais fin 2017 suite à la démission forcée du PM Saad Hariri ainsi que l'auto prorogation ad eternam du Parlement depuis juin 2013 soulignent la déliquescence totale du système politique libanais actuel. Certains citoyens se sont mis en marche pour remettre la problématique au centre des débats (https://fr-fr.facebook.com/massiratwatan).

Le droit du sol doit reprendre sa prééminence initiale sur le droit du sang, pour donner naissance au citoyen national.
Ceux qui ont connu la guerre à ses débuts s’en souviendront toute leur vie. Leur carte d’identité libanaise, manifestation de leur citoyenneté, comprenait encore la mention de la confession. Cette « représentation des familles spirituelles » là où elle ne devrait pas avoir lieu d’être aura été fatale à plus d’un Libanais qui, passé par les armes pour « délit de …

Derniers articles

Une vie de chiens

Henri Cartier-Bresson : le regard et la parole du maître

Les impressions immortelles de Sébastien Kohler

L'agence Magnum, 70 ans d'une aventure photographique

Stanley Greene, des vies, une mort

Les premières photographies arabes

Rio, des jeux à toute vapeur

« Where I end and you begin » de Nadim Asfar

Les plaies de Beyrouth, selon Ieva Saudargaite

Irak, années 60, une modernité au bord du précipice

Un peu de Boubat dans ce monde de brute

Aller-simple pour l'ailleurs

Liban, État-poubelle à recycler

Consommer, sans sommation

Cinq regards au féminin

100 ans après le génocide arménien

Riad Sattouf, une enfance en Syrie profonde

De si calmes champs de bataille